Immobile mobile : l’art cinétique

IMG_4119

L’art cinétique et ses illusions d’optique

L’immobile mobile se glisse dans l’art cinétique au moindre courant d’air. Une douce brise, bise du souffle d’Eole, le régisseur des vents, suffit à l’initier. Le mobile-play se déploie alors lentement… Les pièces se distribuent dans l’espace pour compenser et contrebalancer des univers. C’est le jeu des mouvements des périmètres. Leurs rotations offrent une multitude de composition. Le regard fonction des perspectives, navigue dans un univers en mouvement. La profondeur de champs peut illusionner une rencontre improbable des éléments. L’éclairage du mobile, c’est du last but not least, il engendre la danse des ombres.

MOBILE ET STABILE : Installations flottantes, les mobiles s’enracinent et s’évaporent dans l’art cinétique.

Ils matérialisent un espace de plein, de vide et d’ombre. Ces structures agencent et matérialisent des volumes d’air.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *